Tagarins Voyageurs

Un petit tour et puis reviens

Buenos Aires, ultime étape…

Bienvenido a Buenos Aires, capitale de l’Argentine, très grande ville où nous passons nos derniers jours dans l’hémisphère Sud et aussi nos derniers jours de ce grand voyage.dscf4041

A Buenos Aires, on ne se sent pas vraiment en Amérique Latine : l’Argentine a accueilli tant d’européens à la fin du 19ème siècle et durant une grande partie du 20ème siècle, en particulier des italiens et des espagnols, que nous ne dépareillons pas ici. C’est aussi un peu le cas dans beaucoup d’endroits d’Argentine, d’autant plus que les populations indiennes qui étaient présentes au départ ont été pour une grande partie décimées.dsc_8837

C’est une ville très cosmopolite, où il fait bon flâner dans les différents quartiers. La pluie nous y accueille mais ensuite nous retrouvons le printemps et ses odeurs de fleurs.dscf3990dscf4050 dsc_9165
Buenos Aires regorge de parcs où les enfants, petits et grands, peuvent jouer, et où les portenos (habitants de Buenos Aires) viennent prendre leur repas le midi, lire le journal, ou tout simplement rêver.dscf4020 dscf4024 dscf4027 dscf4039

Nous trouvons très vite le glacier Freddo, très différent des glaciers du Sud de la Patagonie… et ne manquons pas de goûter aux spécialités locales (notamment la glace au Dulce de Leche!). dsc_8888 dsc_8835

Nous nous régalons aussi d’empanadas, qui nous ont décidément accompagnés dans toute l’Amérique du Sud !dsc_8889

Nous découvrons le quartier de la Recoleta, plutôt chic, où l’on se croit dans Paris (cette ville était surnommée le Paris de l’Amérique du Sud). dscf4054dscf4047

Nous faisons un pélerinage au cimetière de la Recoleta, sur la tombe d’Eva Peron, première femme du président Juan Peron (élu en 1946), et qui reste une figure encore très aimée, voire idolâtrée, des argentins. Ce cimetière est un dédale de caveaux, véritables monuments.dsc_8813 dsc_8822

Il y a le quartier central, très vivant, où nous avons un appartement, et où nous nous promenons dans les rues piétonnes. Il y a souvent des petits groupes qui jouent de la musique, sous les yeux de tous !dsc_9176 dsc_8850 dsc_8854 dsc_8855

Là se trouve la place de Mai (plaza de Mayo), où ont lieu toutes les manifestations importantes du pays, devant la Casa Rosada, maison présidentielle. dsc_8871 dsc_8859

Cette place est célèbre dans le monde entier pour les grand-mères qui y ont défilé durant des années, afin de retrouver leurs petits enfants. Ces enfants des « desparecidos », disparus durant la dictature militaire et la terreur (1976-1983), avaient été enlevés et confiés aux familles des militaires. Les grand-mères ont obtenu gain de cause et les responsables ont été jugés ces dernières années.

Sur la place se trouve la cathédrale, avec la tombe du général San Martin, grand libérateur de l’Argentine en 1816, et libérateur de plusieurs autres pays d’Amérique du Sud, veillée en permanence par deux gardes.dscf3971

Nous ne manquons pas d’aller voir le quartier de San Telmo, initialement le quartier chic, déserté fin 19ème au moment des grandes épidémies, et où les immigrants se sont ensuite entassés comme ils pouvaient dans les maisons. C’est ensuite devenu le quartier des antiquaires. dsc_8887 dsc_8896

Il persiste aujourd’hui de belles maisons, qui sont peu à peu rénovées, et une ambiance bien agréable entre antiquaires, boutiques de créateurs, petits marchés et rassemblements divers le week end (ici, de belles vieilles voitures!!!). dsc_8886 dsc_8901

L’esprit de Mafalda souffle aussi par ici…dsc_8879 dsc_8877

Un peu plus loin, au bord de l’eau, se trouve le quartier de la Boca, où les italiens travaillant au port se sont installés et ont construit des maisons en tôle ondulée ou en bois pour se loger. Un artiste natif de la Boca a proposé il y a longtemps de peindre les maisons, et quelques rues sont ainsi très colorées. dsc_8926 dsc_8944 dsc_8928 dsc_8935

Ces quelques rues sont très touristiques, mais dès que l’on s’éloigne on rencontre un quartier plutôt pauvre et des maisons qui tiennent comme elles peuvent ! C’est tout le paradoxe de Buenos Aires (et de beaucoup de grandes villes…).dsc_8910

Nous y voyons un spectacle de tango, danse qui est née dans ce quartier, de la nostalgie du pays laissé.dsc_8924

Par hasard nous tombons sur un défilé de mode. On nous dit même que Jean Paul Gautier est là mais nous ne le voyons pas !dsc_8940

Enfin, pour faire vraiment comme tous les portenos le dimanche, surtout quand il fait beau et chaud, nous prenons le train pour aller à Tigre, ville à 30 kms, sur le delta du Rio de la Plata. Beaucoup de portenos ont des résidences secondaires sur le bord de l’eau.dscf4098 dsc_9129 dsc_8973

Nous prenons le bateau public qui dessert toutes les petites îles et maisons, ce qui nous permet de profiter du paysage.dsc_8995 dsc_9109 dsc_9051 dsc_8986 dsc_8981

Nous descendons dans une des îles pour pique niquer et nous nous promenons sur les petits chemins, entre les bras du fleuve, au milieu des jolies maisons. C’est une promenade bien agréable, surtout quand on sait que l’on va bientôt retrouver l’automne…dsc_9005 dsc_9025 dsc_9048

Il ne nous reste plus qu’à manger une dernière fois au restaurant, avant de préparer nos bagages pour le grand retour …

Nous vous raconterons cela dans les jours qui viennent et vous parlerons aussi de la très bonne cuisine argentine, afin de vous mettre l’eau à la bouche avant de vous inviter à venir y goûter !

Précédent

San Martin de los Andes

Suivant

A la découverte de la cuisine argentine…

  1. Michel Desbruyères

    Savez vous que San Martin a été en exil en France et qu’il a vécu dans notre quartier de Grand Bourg? Il me semble qu’une place porte le nom de Grand Bourg et que l’o a fait une copie de la maison d’Evry sur la place . A Evry c’est maintenant un monastère mais on peut toujours voir le salon de San Martin qui a été la chapelle des soeurs.
    Il y a souvent des délégations d’Amérique Latine et des tas de plaques sur le portail.
    Bon retour

    • Arno et Vero

      Bonsoir Michel,
      Eh non, nous ne savions pas qu’il avait vécu par chez toi!
      Nous savions par contre qu’il était mort à Boulogne sur Mer, en exil.
      Merci beaucoup pour tes précisions et à très bientôt
      Les tagarins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén